cunni

RitaLino

(Photo de Rita Lino)

C’est un truc que je n’aimais pas particulièrement. Même quand j’avais un amant qui pouvait passer une heure à ne faire que ça. Le plafond déployait alors son attraction. Je le scrutais comme un ciel trop noir qu’à force de regarder, j’y voyais des étoiles, et la peinture écaillée dans un coin. Le chatouillement me distrayait. Pour démontrer mon enthousiasme, je fermais les yeux et je repassais la même image dans la tête, d’un autre, ou d’une scène d’une vidéo cochonne. Mon corps réagissait. C’est fort la pensée. Ma voix se mettait à murmurer un psaume manière Gainsbourg, je t’aime moi non plus, mais avec encore moins de mots, et lui, comme un moteur de char qui passe de 80 à 140 milles à l’heure sur l’autoroute, vrombissait la bouche baveuse.

Le rire au bord des lèvres, je lui faisais accroire que le meilleur était en train de se passer, dans un cri, un long cri, ponctué de oui oui, de oh oui.  Mieux que Meg Ryan, j’étais toute nue. Ça convainquait, à tout coup. Ma forte respiration d’après, aussi. Il s’étendait alors à mes côtés pour rapidement s’endormir et ronfler. Je regrettais tellement de ne pas avoir pris mes bouchons en cire avant de venir chez lui.

Le sexe est d’une tendresse endormante si chaque fois c’est du pareil au même.

Par chance, cet amant a été de courte durée, et d’autres ont succédé. Plusieurs avaient la langue bien pendue, mais l’utilisaient que pour frencher, ou parler. De beaux parleurs j’en rencontrent souvent, des musiciens parfois, surtout des écrivains, des gars de pub aussi, les habiles de la phrase m’amusent plus que tout. Les drôles là, pas ceux qui te racontent une joke de mononcle apprise par coeur, non ceux qui te relatent une tranche de vie avec ça d’intelligence et ça de connerie me plaisent particulièrement, surtout s’ils sont cute. Faut pas s’emmerder dans la vie. Mais je ne sais pas pourquoi, je tombais souvent sur des pas licheux du bijou, des mâles qui maniaient leur mat avec adresse, et moi, je jouissais avec. J’avoue que je ne devais pas trop les prier de venir ici, juste là, entre mes jambes.

Jusqu’au jour où je suis tombée sur un multitâche en couple. Pour un homme c’est quand même exceptionnel, pas de tromper sa femme, mais d’être multitâche. Et son envie de pimenter sa sexualité était aussi grande que mon envie de ne pas passer l’hiver sans amant.

Il manoeuvrait sans feinte d’une chose à l’autre, attentif au moindre gémissement de mon corps et avec le sien on s’acoquinait sans mot, comme des gamins sur un grand terrain de jeux. Tout était permis. Quand tout se passe sans avoir rien à expliquer, c’est le pied. Et comme je lui avais préalablement raconté que je n’étais pas friande du cunni, c’était devenu son obsession, il voulait à tout prix me démontrer que j’étais tout simplement mal tombée auparavant. Il était beau, j’ai dit okay. J’allais donc m’étendre sur le dos, qu’il m’arrêta aussitôt. Non, viens ici.

Avec une certaine maladresse, le talon aiguille qui s’entortillait dans la couette, je me suis finalement déprise puis assise, sans y mettre tout mon poids, sur son visage. Au début mes yeux analysaient. Le mur devant moi, mon dos cambré dans le miroir d’à côté, ses cheveux blonds qui se mêlaient à ma touffe brune, pas complètement détendue, j’attendais le miracle. Puis j’ai appuyé mes mains au mur, déplié les genoux doucement, en remontant les fesses, puis je les redescendais pour effleurer son menton, j’entendais son souffle étouffé par sa bouche occupée, et j’ai fermé les yeux. Sa langue, tel un serpent, parcourait ma vulve sinueusement, son doigt, peut-être deux, venaient en renfort. Je me suis laissée choir, la tête renversée, j’ai vu des constellations sous l’averse.

Cet amant depuis s’en est allé. C’était devenu trop compliqué de se voir, surtout que sa blonde avait tout deviné de ses sauts de clôture qui duraient depuis presque deux ans. Mais chose certaine, il m’a redonné goût au cunni. Soyez donc averti, l’hiver approche. Et j’aimerais bien essayer, comme sur cette photo de Rita Lino. 

Publicités

22 réflexions sur “cunni

  1. Je suis d’accord avec toi sur tout; y a des pro du cunni, d’autres qui t’assurent assurer et c’est juste…barbant! Tu n’as qu’une hate: qu’ils finissent leur job et s’endorment!
    Bon « hiver »! 😉

    PS: le site est tout joli comme ca 😉

    Aimé par 1 personne

  2. Merci pour ce témoignage raconté de l’autre côté de la langue.
    De même qu’il y a des femmes qui adorent prodiguer des fellations, il y a des hommes qui adorent faire le cunni (j’en fais partie). Faire plaisir fait plaisir aussi.
    C’est étrange qu’une femme puisse être insensible du clitoris… Il aura fallu une bonne langue pour débloquer la situation… 😉

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s