un baiser

baiser

Carolus-Duran, Le baiser (1868), Palais des beaux-arts de Lille.

 

au départ une absence 
au contraire de ce baiser
du peintre et de sa muse
ma bouche désertée flirte
sur vos mots à distance
éros accroché aux
commissures
ourle ma lèvre
éclat de sentiment
accumulation de
à ce point pleine
à rompre à fendre
juteuse

l’attente suppose 
un chaos joyeux
bouches en bataille 
cheveux balayés
dans la cuisine des
retrouvailles
l’instant s’étire
un caramel au soleil
ma robe colle 
irrévérencieuse
contre vous
je sautille
hors corsage
sous la poussée
mon cul cogne
l’inox du frigo

devant vous êtes
flou de si près
nos nez se choquent
prennent de la salive
parcourent reniflent
langues baveuses
arômes lubriques
nos mains défrichent
arrachent
sourires
gémissements

mes hanches balancent
la pièce tourne
autour de nous
le jour fuit
mon sexe aussi
un baiser chavire
par terre aucun vêtement
pas encore respirer
ne pas oublier de respirer

 

Publicités

11 réflexions sur “un baiser

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s